bannière site afnoo 2017

  • Home
  • L’association
  • Historique

Historique

L'AFNOO d'hier à aujourd'hui

article d'Élodie Bedouet paru dans Le Chaînon, automne 2012

Une création impromptue
C’est précisément le 26 août 1977, à Cornwall, que l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario (AFNOO) a vu le jour. Cinq militants de la sauvegarde du français en Ontario, engagés dans plusieurs organismes francophones du Nord-Ouest, s’étaient réunis à brûle-pourpoint pour fonder l’AFNOO, saisissant l’occasion du rassemblement annuel de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO, aujourd’hui connue sous le nom d’Assemblée de la francophonie de l’Ontario) pour entériner son existence et demander un appui officiel. Ce comité, reconnu par l’ACFO, est devenu le 18e conseil régional politique en Ontario.

railwayCes cinq pionniers visionnaires ont donc créé le premier comité provisoire qui a permis la création de l’association. Ce comité était composé de Gaston Dufour, de Geraldton, élu président; Bernard Boudreault, d’Ignace, élu vice-président ; André Cloutier, de Thunder Bay, élu secrétaire-trésorier; Thérèse Blier, de Manitouwadge ; et Verdun Gauthier, de Longlac, élus directeurs.
De nombreux défis d’envergure les attendent, notamment « l’absence de radio ou de télévision françaises dans la région du Nord-Ouest, l’absence des écoles, le besoin d’obtenir plus d’information sur les services disponibles, le besoin de faire des pressions pour obtenir ces services, le besoin de se réunir, de mettre en commun ses expériences, ses réussites, etc.1 »

Une organisation visionnaire dès 1977
afnoo-article1981Dès sa création, l’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario établit son identité propre. En effet, les fondateurs choisissent de nommer l’organisme « AFNOO », plutôt que d’accoler « ACFO » au nom de leur région, comme l’ont fait les autres conseils régionaux. Comme le mentionne André Cloutier : « Il n’est jamais venu à l’AFNOO l’idée de se définir comme Association canadienne-française du Nord-Ouest de l’Ontario. Trop de nos membres parlant français étaient d’origine autre que canadienne-française et le nombre de parlants français était trop restreint pour que nous puissions nous permettre de ne pas réunir tout le monde sous un seul vocable. C’est ainsi que sans trop y penser, le nom de francophones s’est imposé comme allant de soi aux fondateurs de l’AFNOO2 ».
Cette vision plurielle et avant-gardiste de rassembler le plus grand nombre de personnes sous une même enseigne a permis de rallier tous les francophones de la région du Nord-Ouest, de nourrir la culture francoontarienne, mais aussi de se l’approprier3.

Une soif inextinguible d’ancrer la francophonie au Nord-Ouest
Quelques mois après sa création, les 28, 29 et 30 octobre 1977, l’AFNOO décide de tenir son premier rassemblement régional à Thunder Bay, invitant les organismes francophones qu’elle a sous sa tutelle.
L’heure est à la discussion de stratégies pour l’obtention de nouveaux services en français qui font défaut dans notre région. La thématique de l’assemblée est lancée : « Ça presse ». Un comité stratégique se forme.
À ses débuts, l’AFNOO était l’organisme rassembleur politique, permettant aux organismes francophones de faire du lobbying et à faire vivre le français par la tenue de bals dansants. Par la suite, la vision et la mission ont évolué, se définissant maintenant comme suit :

L’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario vise la promotion et la valorisation de la communauté francophone dans le Nord-Ouest de l’Ontario afin de célébrer la richesse et la valeur ajoutée qu’elle représente pour les communautés, la région, la société ontarienne et pour l’ensemble du pays.

Sa mission est d’assurer le développement et le rayonnement de la communauté francophone dans le Nord-Ouest de l’Ontario aux niveaux politique, éducatif, économique, linguistique, social et culturel4.

Une mixité d’organismes francophones sous la tutelle de l’AFNOO
Avant l’existence de l’AFNOO, le Nord-Ouest était déjà doté de plusieurs institutions francophones qui encadraient la vie française, avec quelques écoles de langue française à Longlac, Geraldton, Nakina5 et Manitouwadge, et des clubs canadiens-français.
Pourtant, ces entités francophones fonctionnaient indépendamment les unes des autres. Avec la création de l’AFNOO, c’est un organisme parapluie qui existe et permet de maximiser les actions et les gains pour l’émancipation du français partout au Nord-Ouest.
À ce titre, l’AFNOO regroupe et représente des organismes francophones du Nord-Ouest. Dès 1999, on décompte vingt groupes membres dans six communautés. Certains organismes ont disparu, laissant la place à d’autres qui se sont formés, ou qui ont changé de nom. On peut penser notamment à Alpha Nord-Ouest, devenu Centre de formation pour adultes de Greenstone, ou Arc-en-ciel de l’Alphabet, devenu Centre de formation Manitouwadge. Le Club Jeunesse de Nakina, Actijoufranco de Thunder Bay et Toastmasters « Voix du tonnerre » ont disparu.

La vitalité de nos institutions dépend en partie de l’économie locale qui fait fluctuer notre population dans les communautés. De nouvelles entités se créent, s’adaptant aux besoins immédiats, tandis que d’autres disparaissent ou sont fusionnées dans d’autres institutions.

Par ailleurs, un besoin de mieux communiquer en français et de rassembler nos nouvelles est identifié par les fondateurs. Ainsi est créée la publication Info-Impact dès 1978, qui laisse ensuite la place au bulletin Le Relais, qui existe toujours aujourd’hui.

Des réalisations majeures pour le Nord-Ouest
La francophonie s’est donc regroupée autour de l’AFNOO. Avec la collaboration de tous les leaders des institutions et organismes francophones, de nombreux gains ont été observés depuis les 35 dernières années dans l’obtention de services en français au Nord-Ouest de l’Ontario. « L’AFNOO existe pour et par sa communauté. Lorsqu’il y a un besoin spécifique identifié par la communauté, son mandat est de combler ce besoin, notamment en travaillant à la mise sur pied d’entités indépendantes6 », confie Chantal Brochu, présidente de l’AFNOO. Au cours des années, l’association a ainsi créé tous les centres d’alphabétisation, l’Accueil francophone de Thunder Bay et le Centre Grandir en français. L’AFNOO a aussi contribué, comme partenaire clé, à la formation du Centre des femmes francophones du Nord-Ouest de l’Ontario et de la coopérative ROFTB Inc.
Pour ne citer que quelques-unes réalisations majeures, dans plusieurs de nos communautés, on peut retenir aussi l’obtention du signal de la télévision française de Radio-Canada et de « La chaîne » de TVOntario et de TFO ; l’obtention de personnel bilingue de la Police provinciale de l’Ontario ; l’obtention des services de formation à distance avec le réseau Contact/Nord ; et l’obtention du conseil scolaire francophone dans notre région.

La contribution inestimable de nos pionniers et présidences
archives-relaisL’Association des francophones du Nord-Ouest de l’Ontario existe pour et par sa communauté. Ses réalisations sont la volonté et le travail acharnés de nos pionniers, nos présidences et tous les leaders de la communauté francophone qui, en travaillant quotidiennement ensemble, ont bâti les acquis francophones que nous connaissons aujourd’hui. De plus, la contribution de tous les bénévoles des comités de travail ou organisateurs d’activités permet à la francophonie d’exister. Merci et bravo à tous les Franco-Ontariens du Nord-Ouest, de prendre votre place. Nous sommes là pour rester !

Nous sommes très fiers de nos fondateurs qui ont fait partie du premier conseil d’administration élu de l’AFNOO : Thérèse Blier, Bernard Boudreault, Ritha Brault, André Cloutier, Claire Drainville, Clément Ducharme, Gaston Dufour, Thérèse Dufour, Verdun Gauthier, Fleurette Leclair et Benoît Therrien.

L’AFNOO est également très reconnaissante du travail effectué par ses présidences tout au long de ces années d’existence qui ont su tenir la barre de l’association malgré l’exigence de la tâche : Suzanne Boutin, Chantal Brochu, André Cloutier, Denyse Culligan, Monique Ducharme, Gaston Dufour, Frank Héroux, Sylvie Marsh, Henri Rocque et Benoît Therrien.

 


1. Joseph Ntahoturi, L’historique des Francophones du Nord-Ouest de l’Ontario depuis 1900, Thunder Bay, Éditions Alpha Thunder Bay, 2000, p. 43.

2. André Cloutier, « La Renaissance du Norois », dans Marie-Noëlle Rinne (dir.), Notre histoire, nos histoires, Thunder Bay, Éditions du Nord-Ouest, 2010, p. 87-109.

3. Rappelons que l’Ontario adopte, en 2009, une nouvelle définition inclusive de « francophones ».

4. Mission et vision de l’AFNOO, énoncées dans Une approche stratégique : Plan quinquennal de l’AFNOO 2009-2014, Éditions AFNOO, 2008, www.afnoo.org.

5. Aujourd’hui, ces trois villes ont fusionné et font partie de la municipalité de Greenstone.

6. Cité dans Élodie Bedouet, « Les 35 ans de l’AFNOO : accomplissement et fierté », dans Le Relais, Éditions AFNOO, semestre 1, 2012.

ImprimerE-mail